Posts à l'affiche
Posts à venir
Tenez-vous à jour...
Articles récents
  • Elsa Devillaire

Reportage historique : une nuit de cristal


Leipzig, 10 novembre 1938 - Lourd, le bilan tombe ce matin en Allemagne : plus de 200 synagogues auraient été incendiées ces dernières heures, et des dizaines de juifs assassinés. Cette nuit, à Leipzig, nous avons assisté, impuissants, à la violence du régime nazi envers la population juive.

Nous avons interrogé Monsieur David H. Buffum, consul des États-Unis, également présent cette nuit : « Les logements juifs ont été envahis, leur contenu détruit et pillé […]. Les vitrines des magasins juifs ont été démolies systématiquement par centaines, les résultats étant estimés à quelques millions de marks. »

D’après des témoignages, ces actions violentes ont été menées par des SS et des SA en civils, chaque groupe étant muni de marteaux, de haches, de leviers et de bombes incendiaires.


L’attentat de Paris, la cause de ces attaques ?

Ce gigantesque pogrom trouve son événement déclencheur à Paris le 7 novembre dernier. Ce jour-là, un jeune Polonais juif âgé de 17 ans, Herschel Grynszpan, réussit à entrer dans le bureau d’Ernst vom Rath, secrétaire à l'ambassade d'Allemagne, et tire 5 balles avec un revolver de calibre 6.35 ; deux coups l'atteignent. Vom Rath succombe de ses blessures deux jours plus tard, à l’hôpital. D’après ses propos, le jeune homme aurait voulu attirer l’attention sur la situation actuelle des Juifs en Allemagne, dont ses parents font partie.Le gouvernement allemand, suite à cet assassinat, déclare que les Juifs seront sévèrement punis pour ce meurtre. Et les violences ont commencé immédiatement après l’annonce à la radio de la mort de Monsieur vom Rath.

Herschel Grynszpan après son arrestation


Rappelons que cette situation de haine antisémite dure depuis quelques années en Allemagne. Le programme du NSDAP, rédigé le 24 février 1920, prévoit que « seul peut être citoyen un frère de race. […] Aucun Juif ne peut donc être frère de race ». Et dans son livre, Mein Kampf, Adolf Hitler proclame à de nombreuses reprises son désir de voir l'Allemagne « libérée des Juifs ». Les Juifs sont donc victimes d’une politique antisémite dès l’arrivée d’Hitler au pouvoir en janvier 1933, qui se traduit notamment par le boycott de leurs commerces, mais également par l’adoption des lois de Nuremberg officialisées le 15 septembre 1935.


Des milliers de juifs ont été arrêtés cette nuit

Un homme plus loin est déboussolé, il se confie à nous : « Tôt ce matin, nous avons été arrachés à notre sommeil, surpris par la brutale arrestation de mon père. On ne connait ni le motif ni ce qu’il est advenu de lui. On a rencontré dans nos rues des voisines affolées, qui sont dans une situation identique à la nôtre : à la recherche d’un mari, ou d’un fils. »

D’après nos sources, des centaines de Juifs auraient été déportés dans des camps, comme Buchenwald à l’ouest de Leipzig ou Dachau au nord-ouest de Munich. Dans ce contexte, un grand nombre de Juifs allemands seraient également en train de s’exiler, de peur que la situation s’empire. Il y a hélas tout lieu de le croire car selon Monsieur Buffum, « les préparatifs du pogrom ont été mûrement réfléchis ». Propos qui réfutent toute idée d’une « action spontanée » et qui laissent envisager le pire dans les jours à venir.


Image d'introduction : Boutique juive saccagée, le 10 novembre 1938, Berlin.