top of page
Posts à l'affiche
Revenez bientôt
Dès que de nouveaux posts seront publiés, vous les verrez ici.
Articles récents
  • Lise Nicollo

L’Espagne est-elle vraiment le pays le plus féministe ?




Avec une actualité qui a fait beaucoup parler d’elle, il nous semblait important de nous pencher sur cette question.

 

L’Espagne, en avance sur les sujets féministes

La période de l'entre-deux-guerres fut pour l'Espagne une prise d'avance pour les droits de la femme : avec l'obtention du droit de vote en 1931 et le droit à l'avortement en Catalogne en 1936, il est clair que la deuxième République espagnole était en avance sur son temps. Dans sa constitution étaient aussi marqués un droit de divorce et la reconnaissance des enfants naturels.

Malheureusement, cette avance fut perdue lors de l'arrivée au pouvoir du dictateur Franco. Le droit de vote fut perdu, la dictature étant marquée par un gouvernement catholique et conservateur.

Le mouvement féministe reprit cependant de plus belle au retour de la démocratie en Espagne.


Au début des années 2000, une première série de lois contre les violences faites aux femmes émerge, et avec elles, la création de tribunaux spécialisés dans ces affaires.

Depuis 2019, c'est un gouvernement de gauche qui dirige l'Espagne : avec lui sont votées des réformes comme la création d'un congé menstruel, ou la loi permettant de changer librement de genre à partir de 16 ans, qui a d'ailleurs été votée en début d'année 2023.


Irene Montero, ministre de l'Egalité en Espagne, en 2020 (source)


« L'arrivée au pouvoir du parti socialiste marque la création du ministère de l'Egalité et une prise de conscience récente sur le sujet de ces égalités. » Mme Corral Suarez, prof d’espagnol au lycée Beaupré
« La loi au sujet des menstruations est moderne, et la loi sur les personnes trans à été refusée par des partis politiques, mais la majorité de la population est d'accord avec cette loi. » M. Cantano Robles, prof d’espagnol au lycée Beaupré

Une actualité qui fait beaucoup parler

Malgré une avance au niveau législatif, l'Espagne est tout de même marquée par des faits qui laissent penser que les mentalités n'évoluent pas.

En 2016, cinq hommes avaient violé une jeune fille d'à peine 18 ans. Or, ce viol n'avait pas été reconnu comme tel lors du premier jugement. En 2018, les cinq hommes avaient été condamnés pour abus sexuel. Cette condamnation est reçue avec une levée de boucliers qui entraîne un nouveau jugement : les cinq hommes sont finalement condamnés pour viol, et le code pénal espagnol est modifié sur le modèle du code pénal suédois ; tout acte sexuel sans accord clair est considéré comme viol.


Plus récemment, le baiser forcé de Luis Rubiales sur Jenni Hermoso suite à la victoire de l'Espagne lors de la coupe du monde de football féminin fut condamné partout dans le monde, malgré les protestations de Luis Rubiales et de ses proches et collègues.


Jenni Hermoso, footballeuse espagnole (source)


« C'est essentiel d'avoir des lois dans les pays pour protéger les droits des minorités. Cela permet de reconnaître leurs droits et de faire avancer la société. » M. Cantano Robles

Et en France, où en est-on ?

Certaines différences au niveau féministe en France et en Espagne permettent de faire une comparaison entre ces deux pays.

« Il y a beaucoup de lois qui protègent les femmes des violences conjugales, contrairement à la France. La durée du congé paternité a été allongée mais il reste difficile de garder un emploi suite à la naissance de son enfant : l’Espagne n’aide pas beaucoup les familles, et elle est en retard sur les crèches.
Une différence assez particulière entre la France et l’Espagne est qu’en Espagne, on garde le même nom de famille de la naissance à la mort ; on ne change pas de nom de famille au moment du mariage.
Il reste tout de même beaucoup de progrès à faire, mais il est clair que l’Espagne est en avance sur ce sujet. » Mme Corral Suarez
« La situation des femmes en Espagne est tout de même critique ; les partis de droite, comme Vox, ont un discours machiste avec des conséquences graves sur la société ; on a tout le temps des nouvelles de féminicides qui ont été commis en Espagne.
Il y a tout de même une évolution positive avec les mentalités ; les femmes sont plus fortes, plus unies. Les hommes et les femmes sont ensemble pour avancer, et le ministère de l'égalité permet aussi de faire avancer les choses. » M. Cantano Robles

Cortège du Parti féministe espagnol à la manifestation du 1er mai 2019 à Madrid

Komentarze


Le média lycéen de Beaupré et d'ailleurs

Amalthée

bottom of page