• Océane Albaut

Las Chicas del Cable : une série féministe et engagée


Las Chicas del Cable (ou Les Demoiselles du Téléphone pour les adeptes de la VF) est une série espagnole produite par Netflix depuis 2017. C'est une série peu connue, mais qui mériterait pourtant qu’on s'y intéresse. En effet, elle se montre engagée auprès de nombreuses causes, et plus particulièrement les droits des femmes.

Las Chicas del Cable dépeint l'histoire de quatre femmes qui intègrent en tant que téléphonistes la Compagnie du Téléphone, une société en plein essor, à Madrid en 1928. Elles sont pourtant malheureuses car toutes dominées par des hommes. Elles vont alors tenter par tous les moyens de s'échapper de leur situation respective et vont créer une relation qui va changer leur vie. En effet, Lidia, Marga, Carlota et Ángeles lutteront ensemble pour leurs rêves et leur indépendance. C’est dans leur amitié qu’elles vont trouver la force de se battre pour leur liberté et de s’affirmer en tant que femmes dans la société.

La série, divertissante par ses diverses intrigues qui vont mêler différents thèmes, tels que l’amour ou encore les secrets, mais aussi par ses personnages attachants, traitera cependant des sujets importants, et particulièrement la lutte pour les droits des femmes.

Être une femme dans les années 20

Dans les années 20, être une femme en Espagne était loin d’être facile. En effet, celles-ci sont étouffées par la domination des hommes et ne possèdent que très peu de droits.

On va suivre la lutte des héroïnes pour l’égalité et l’obtention des droits qu’on leur refuse. Elles vont se battre pour s'émanciper de leur père ou de leur mari, qui vont les empêcher de retirer de l’argent à la banque, ou qui vont décider pour elles leur droit à travailler. De plus, certaines professions telles que comptable ne leur sont pas accessibles puisqu’elles ne sont réservées qu’aux hommes, et être cheffe d’entreprise est inconcevable à cette époque.

Elles vont également lutter pour obtenir le droit de vote et celui d’être éligible. Elles créeront notamment un mouvement féministe, pouvant s’apparenter à celui des suffragettes, afin de montrer leurs revendications. La série se déroulant sur plusieurs années, il est possible de voir si elles ont en effet obtenu certains de ces droits.

Les violences conjugales sont également abordées, ainsi que l'impossibilité de divorcer et donc de s’échapper de l’emprise de leur mari.

Enfin, l’avortement est évoqué. En effet, à cette époque, il n’était pas autorisé. Cependant il était tout de même pratiqué de manière clandestine et dangereuse, et pouvait même entraîner la mort.

Manifestation contre les violences sexistes organisée à Madrid en novembre 2018

Ses autres engagements

La série, en plus d’être féministe, se montre engagée auprès d’autres causes.

Elle parle alors de l'homosexualité et de la transidendité (fait d’avoir une identité de genre différente du sexe assigné à la naissance) ainsi que de la manière dont elles sont perçues, c’est-à-dire comme des vices, des maladies qu’il faut soigner.

Elle évoque aussi le polyamour, c’est-à-dire la possibilité de maintenir plusieurs relations amoureuses et sexuelles à la fois avec le consentement des partenaires.

Enfin, elle traite également du droit de grève.

Une réelle évolution ?

La série, bien qu'elle se déroule en Espagne, nous amène donc à réfléchir sur ces différents droits, et on peut alors se rendre compte que la lutte est loin d’être terminée, en France comme partout dans le monde.

En effet, ces droits ne sont pas encore acquis dans tous les pays. Par exemple, l’homosexualité est toujours illégale dans certains pays et peut même être punie.

Le droit de vote des femmes n'a été accordé que tardivement dans certains pays : par exemple en 2011 en Arabie Saoudite, où les femmes ne peuvent l'exercer qu’avec l'autorisation de leur mari.

En France, les violences conjugales font partie intégrante de l’actualité, puisqu’on dénombre pas moins de 126 féminicides selon l’AFP (150 selon le collectif « Féminicides par compagnons ou ex ») en 2019, soit une femme tuée par son mari ou ex-compagnon tous les 2 jours environ.

Concernant le travail, il n'existe plus de métiers dits « d'hommes » ou « de femmes » même si les mentalités restent parfois inchangées. Il est en effet difficile pour certains hommes d’être dirigés par une femme. Les salaires des hommes sont généralement plus élevés que ceux des femmes pour l'exercice d'une même profession.

Dans le monde, certains droits sont quant à eux contestés, comme le fait de pouvoir recourir à l'IVG, et qui empêche la femme d'avoir pleinement possession de son corps.

Il est donc nécessaire de continuer la lutte pour conquérir nos droits et défendre ceux que l’on possède déjà, puisque les inégalités persistent et que rien n’est jamais pleinement acquis.

Si vous n’êtes toujours pas convaincu, l’époque à laquelle se déroule la série, les décors et les costumes la rendent attirante, tout en gardant une touche de modernité grâce à la bande originale. La série a également remporté plusieurs prix.

Les 4 premières saisons sont disponibles sur Netflix, et la 1ère partie de la 5ème et dernière saison sera diffusée le 14 février 2020.

#série #droitsdesfemmes

4,658 vues
Le média lycéen de Beaupré et d'ailleurs

Amalthée

  • Instagram