Posts à l'affiche
Posts à venir
Tenez-vous à jour...
Articles récents
  • Séraphin Deuze

Kei Lam, une mangaka à Beaupré


En décembre dernier, les élèves de chinois du lycée ont eu le plaisir d’accueillir Kei Lam au CDI.

 

Kei Lam est une illustratrice, née à Hong-Kong, qui vit en France depuis l’âge de 6 ans.

A l’origine ingénieure en aménagement urbain, elle se tourne assez vite vers l’illustration, et sort diplômée de l’école de Condé de Paris en 2016. Elle suit alors les traces de son père, peintre de profession.

Elle a illustré de nombreux livres pour enfants, mais a aussi plus récemment publié deux romans graphiques autobiographiques Banana Girl et Les saveurs du béton.

Banana Girl

Son premier livre autobiographique sort en 2017. Il raconte la vie de l’autrice de 6 à 10 ans, au moment de son arrivée en France. Elle arrive à Paris en 1991 pour rendre visite à son père, alors installé dans la ville depuis un an. Passionné d’art et de peinture, il a choisi Paris pour domicile. Cependant elle et sa mère vont décider de rester et de ne pas rentrer à Hong-Kong, logeant alors dans la chambre de bonne louée par son père.

Le livre a pour principal thème la manière dont elle et ses parents vont s’acclimater à la vie en France, et comment Kei va grandir dans ce pays, en découvrant une culture radicalement différente de la sienne.

Ce récit illustre la métaphore de la Banana Girl, jaune à l’extérieur, blanche à l’intérieure. Même si Kei a une apparence asiatique, elle se sent Française !

La bande-dessinée raconte ses débuts à l’école, comment elle s’adapte à la barrière de la langue, comment elle se trouve des amis...

Le but de ce livre était, pour Kei Lam, de donner de la visibilité à sa condition d’immigrée chinoise vivant en France, et aussi de donner à une nouvelle génération d’enfants comme elle, la représentation, qui lui a manqué dans son enfance. En effet, les immigrés sont toujours peu représentés dans les médias traditionnels. Dans les œuvres françaises on trouve encore peu de personnages d’ethnicités diverses, et des œuvres faites par des émigrés comme Banana Girl peuvent aide alors a apporter plus de diversité et de représentation.

Les saveurs du béton

Son second livre autobiographique, suite logique de Banana Girl, est sorti en 2021. Il nous raconte alors la fin de l’enfance et le début de l’adolescence de Kei Lam, lorsqu’elle déménage dans la banlieue parisienne de La Noue.

Elle essaie, tout au long du livre de donner une autre image de la banlieue, des personnes qui y vivent, de leur relations et de l’ambiance qui y règne surtout lorsque on est adolescent. Elle tente de nous faire sortir de la vision stéréotypée de la banlieue que nous nous faisons : une zone défavorisée et plutôt mal fréquentée, où il ne fait pas forcement bon vivre.


Sa visite au lycée

Kei Lam est venue en décembre dernier au lycée pour discuter, avec les élèves de chinois, de tout ce qui tourne autour de ses livres : son ressenti de grandir en France en étant d’origine hongkongaise, comment est-ce qu’elle en est venue à devenir illustratrice, ou bien la manière dont elle a écrit ses romans. Personnellement, ce qui m’a le plus étonné dans cette rencontre, c’est lorsqu’elle a évoqué sa relation avec la culture chinoise. Je m’attendais à ce que ce soit une part importante de sa vie encore maintenant, mais étant venue très jeune en France, à ses 6 ans, elle n’a qu’un vague souvenir des années passées à Hong-Kong. Cette rencontre était vraiment intéressante et nous a permis de mieux connaître le personnage que l’on avait suivi dans ses livres.

Kei Lam, entourée de nos professeures de chinois, Mmes Vignes et Qian, lors de sa visite au lycée en décembre 2021

Je vous recommande chaudement de lire les deux bandes dessinées de Kei Lam. Elles sont plutôt simples à lire, c’est assez rafraîchissant et on prend plaisir à découvrir ses rencontres, et les mésaventures qu’elle traverse.

Le média lycéen de Beaupré et d'ailleurs

Amalthée