Posts à l'affiche
Posts à venir
Tenez-vous à jour...
Articles récents
  • Maëline Flamand

J’ai lu pour vous : « L’année de Grâce » de Kim Liggett


Bonjour tout le monde, bienvenue dans cette troisième chronique ! Aujourd’hui je vais vous parler d’un roman intitulé L'ANNÉE DE GRÂCE, écrit par Kim Liggett et publié aux éditions Casterman en 2020. Il est récemment arrivé au CDI et c'est un énorme coup de cœur. Pour les secondes vous le retrouverez au concours lecture de cette année.

« Personne ne parle de l’année de grâce. C’est interdit. Nous aurions soi-disant le pouvoir d’attirer les hommes et de rendre les épouses folles de jalousie. Notre peau dégagerait l’essence pure de la jeune fille, de la femme en devenir. C’est pourquoi nous sommes bannies l’année de nos seize ans : notre magie doit se dissiper dans la nature afin que nous puissions réintégrer la communauté. Pourtant, je ne me sens pas magique. Ni puissante.

Un an d’exil en forêt. Un an d’épreuves. On ne revient pas indemne de l’année de grâce. Si on en revient. »


Tierney est une jeune fille de Garner County, un comté qui croit que lorsque les jeunes filles commencent à devenir des femmes, elles sont pleines d'une magie dangereuse pour les hommes et, par conséquent, doivent être bannies dans la nature sauvage lors de leur 16ème année. C’est à travers les yeux de Tierney, l’héroïne, que nous allons vivre cette année effroyable au sein de ce camp étrange qui a vu passer des milliers de jeunes filles avant elles, totalement livrées à elles-mêmes.


« Toute rébellion renvoie à un acte d’impiété et la coupable est aussitôt exécutée par pendaison ou bûcher »


Cette dystopie est centrée sur le féminisme. En effet, à Garner County les femmes n’ont aucun droit, même pas celui de rêver, et les hommes décident de leur sort : devenir des épouses soumises, des travailleuses dociles, des prostituées. Toutes apprennent très tôt à cacher leurs émotions pour ne pas trahir leur désaccord avec les lois de cette société. Toute rébellion renvoie à un acte d’impiété et la coupable est aussitôt exécutée par pendaison ou bûcher.

Les hommes, eux, ont la conviction que les femmes possèdent une forme de magie qui les rend très fortes, et veulent les en purger pour continuer à les dominer.

Dans ces circonstances, on pourrait penser qu’une solidarité féminine s’organise, d’autant plus que les femmes sont supérieures en nombre au village. Mais il n’en est rien. Au contraire, le jour du départ pour l’année de Grâce sont choisies celles qui deviendront les futures épouses à leur retour. Et avec peu de maris disponibles, elles ont tendance à user de stratagèmes pour être les heureuses élues. Encore qu’être épouse signifie engendrer des fils et certaines seront répudiées ou tuées pour avoir failli à leur devoir, ou parce qu’elles n’ont pas éliminé leur "magie"

Cependant, certaines d’entre elles jouent les bonnes mères de famille mais se retrouvent loin des regards, pour changer les choses petit à petit dans leur société sans que les hommes ne s’en rendent compte.


« Dans notre notre société où la femme est encore trop considérée comme une personne inférieure »


Mon avis

Nous pouvons faire un parallèle entre cette histoire et notre société où la femme est encore trop considérée comme une personne inférieure et dont le corps est constamment sexualisé, où on accuse les filles plutôt que d'éduquer les garçons !!!

L’année de Grâce est un livre magnifique et très réaliste, il nous montre une révolte qui se construit, qui prend du temps, qui s’insinue lentement et qui plantera ses graines là où il le faudra.

Kim Liggett a su parfaitement mélanger les styles. C’est une dystopie, mais il y a aussi de la romance, de l’amour et du suspens, un peu de fantastique et une goutte d’horreur. Il y a aussi une touche de violence mais celle-ci est généralement plus suggérée. Et de la solidarité, inattendue.


Bref à lire ABSOLUMENT !!!