Posts à l'affiche
Posts à venir
Tenez-vous à jour...
Articles récents
  • La rédaction d'Amalthée

1er décembre au Lycée Beaupré : journée mondiale contre le SIDA


Le premier décembre n’était pas un jour important seulement pour le début du calendrier de l’avent, mais aussi pour la journée du SIDA organisée au lycée avec l’aide de quelques élèves.

L’atelier photo

Ce jour là, de nombreux élèves autant « organisateurs » que participants se sont retrouvés à la Maison des lycéens pour le premier décembre, journée mondiale contre le SIDA. Il y a eu aussi pour l’occasion la présence du planning familial d’Haubourdin ainsi que certains professeurs. De nombreuses activités étaient proposées, mais entre les vidéos, les quizz et les jeux, l’une des activités se démarquait par rapport aux autres : l’atelier photo. Cet atelier, présent près du sapin se démarquait par son originalité et son côté amusant. Il permettait aux élèves d’exprimer leur créativité tout en faisant passer un message de prévention.

Des élèves faisant l’atelier photo

Les élèves ont alors tenté d’écrire le message du plus imaginatif au plus simple possible, faisant une photo avec ou sans masques. Les photos étaient ensuite affichées sur l’écran qui se trouvait à côté, motivant ainsi les autres à le faire. Maintenant, ces photos sont affichées au Planning familial d’Haubourdin afin de montrer la créativité et l’engagement des lycéens.

Laurène Aubry, Adam Bert, Cécile Dassonville

Une équipe motivée pour une cause importante

Un investissement des élèves, des professeurs, des infirmières et des membres du Planning familial d’Haubourdin : une belle équipe pour cette cause mondiale. Cette journée mérite d’être racontée à ceux qui n’ont pas eu l’occasion d’y participer.

Pendant cette journée, un court métrage a été diffusé. Une des représentantes du Planning familiale a décidé de montrer aux élèves un court métrage en particulier qui parlait d’adolescents comme nous et qui donc nous parlait. Il racontait l’histoire de deux lycéens, un qui multipliait les conquêtes et un autre qui venait d’avoir son premier vrai rendez-vous avec une fille, mais ne sait pas comment s'y prendre. Son ami décide pour rigoler de lui montrer comment mettre un préservatif.

On a donc trouvé ce court métrage très choquant mais il nous a fait réagir !

Abel Pauline, Debruyne Gaëlle

Le jeu questions/ réponses :

Avec Marie Vervaecke, une des infirmières du lycée, nous avons proposé un jeu aux élèves de 2nde principalement, venus visiter l'exposition.

La règle était de retourner des cartes posées sur une table. Sur chaque carte, une question concernant le SIDA était écrite : si l'élève avait la bonne réponse, il gagnait un préservatif.

Notre groupe d'AP invitait d'autres élèves à venir participer au jeu.

Mathys leman, Mindy Duburque, Emma Renot, Elody Durez

QUIZZ SIDA : Les réponses

1) Le virus du SIDA peut se transmettre... - en s’embrassant sur la bouche : NON - en se caressant : NON - lors d’un rapport sexuel sans préservatif : OUI (le VIH se transmet uniquement par les sécrétions sexuelles féminines et masculines, le sang et de la mère à l’enfant) 2) La prise de la pilule pour éviter une grossesse, protège également du risque de contamination du SIDA : - Faux (la pilule empêche une grossesse mais ne protège pas du SIDA) 3) Peut on attraper le SIDA en donnant son sang ? - Faux (on ne peut pas attraper le SIDA en donnant son sang, le matériel de prélèvement est stérile et à usage unique) 4) Une pénétration de courte durée sans préservatif n’est pas dangereuse : - Faux (une pénétration sans préservatif est dangereuse par l’échange de sécrétions sexuelles, peu importe la durée. NB : on peut également être enceinte !) 5) Il faut attendre 3 mois après un risque de contamination pour faire le test de dépistage du SIDA ? - Faux (dans les CeGIDD*, on peut faire un test fiable 6 semaines après la prise de risque) 6) Avec les nouveaux médicaments disponibles, le SIDA peut être maintenant guéri : - Faux (les traitements actuels empêchent le VIH, virus du SIDA, de se multiplier mais ils ne tuent pas le virus : on ne peut donc être guéri de cette maladie) 7) Si une femme enceinte est séropositive, l’enfant sera toujours séropositif : - Faux (la probabilité de transmission de la mère à l’enfant est de 20% sans traitement et passe à 8% avec traitement : la transmission n’est pas systématique) 8) Un traitement peut être pris juste après la prise de risque (avant de faire le test) : - Vrai (un traitement peut être débuté en urgence dans les 48 heures après l’exposition au risque)

* Centre Gratuit d’Information, de Dépistage et de Diagnostic, 16 rue d’Englos à Haubourdin. Tel : 03 59 73 09 00.


Le média lycéen de Beaupré et d'ailleurs

Amalthée

  • Twitter Icône sociale
  • Instagram