• Anna Lemahieu et Lucas Joly

Un aller simple pour le retour


Dans le cadre du Passeport culture, des élèves du lycée Beaupré ont participé à une visite du Red Star Line Museum d’Anvers le 10 avril dernier. Installé dans les hangars de la compagnie maritime du même nom, le musée est consacré à l’histoire des émigrants qui empruntaient les paquebots transatlantiques pour rejoindre le continent américain. Deux élèves de première L en ont tiré une bande dessinée que nous publions ci-dessous, accompagnée de notes explicatives.

- Case 1 : Le décor rural présente la classe sociale des personnages principaux, ici une famille de paysans, la route désigne le voyage et au bout, on peut y voir les ombres de la famille.

- Cases 2 et 3 : On y a représenté un train, car comme on a pu le voir lors de la visite à la Red Star Line, les migrations se faisaient par bateau et par train. Dans la case 3, on peut y voir les deux enfants de la famille, un petit garçon avec un bras en écharpe et une petit fille à la fenêtre du train.

- Case 4 : C’est la première case où les personnages sont vraiment visibles. On y voit la famille au complet, une famille classique, un père, une mère, une fille et un fils. Ils se dirigent vers la Red Star Line pour se rendre en Amérique. C’est aussi la première case où des dialogues apparaissent.

Les 5 rectangles en dégradé de noirs, allant du gris au noir très sombre, sont une transition. On a coupé le passage des billets de bateau, de l’attente, de la montée à bord. Ces scènes n’étant pas nécessaires à notre histoire.

Cette page montre l’aspect « soudé » de la famille et leur migration.

- Cases 1 et 7 : Le bateau de la Red Star Line est représenté de façon minimaliste, tout en noir et lointain, la traversée en bateau n’étant pas ce qui nous intéressait.

- Case 2 : Ici, notre famille est arrivée à Ellis Island à New York, l’entrée principale des immigrants. Ils vont passer des tests donc médicaux. C’est pour cette raison que l’on peut y voir un médecin, quelques silhouettes et le père.

- Cases 3 et 4 : Ces deux cases permettent de comprendre de façon rapide que le médecin va examiner les membres de la famille, un par un.

- Case 5 : Cette case amène le problème. Le médecin annonce que le fils est paralysé de son bras, celui qui était en écharpe. En Amérique, les personnes atteintes de certaines maladies ne sont pas admises (environ 2 % des immigrants qui ont débarqué à Ellis Island de1892 à 1954), ce qui veut dire que l’enfant ne pourra pas y rentrer. Le père a l’air désespéré et le médecin a l’air de ne pas du tout s’en soucier.

- Case 6 : Le petit garçon est isolé dans un fond noir. Ce fond noir représente le choc qu’a fait la nouvelle au petit. Le noir renforce la solitude que l’enfant ressent à l’instant de la nouvelle.

Cette page montre la malchance qu’a subie l’enfant.

- Case 1 : Le père et le fils sont revenus dans leur pays d'origine. Le père tourne le dos à son fils, il frappe à une porte. Le fait que le père soit de dos à son fils amène de façon « métaphorique » l’abandon que l’on retrouve dans la troisième page.

- Case 2 : Une vielle femme de dos ouvre la porte, on comprend que le père va lui laisser le petit pour qu’elle s’en occupe. Lui va sûrement retourner en Amérique pour rejoindre sa femme et sa fille. - Case 3 : On voit l’enfant qui tend la main vers son père, l’appelant, ayant l’air désespéré et pleurant. Son père l’abandonne.

- Case 4 : On voit le père de dos, marchant dans une allée entourée d’arbres. La silhouette est sombre, le décor est éclairé par une lune et le contraste lumière/obscurité est volontaire.

Cette BD est inspirée de « fait réels ». Lors de la visite à la Red Star Line, l’histoire d’une petite fille partie vers l’Amérique avec sa famille et diagnostiquée handicapée pour cause d’un retard mental. La petite fut ramenée à Anvers par son père et séjourna dans un établissement spécialisé, le père était retourné auprès du reste de sa famille en Amérique.

#migrations #redstarline #voyage

Le média lycéen de Beaupré et d'ailleurs

Amalthée

  • Instagram